La rédaction web est très spécifique, alors comment rédiger efficacement sur le net ? Et quelles sont les "règles" primordiales à respecter ?

La rédaction de contenu sur le web est devenue une activité très répandue qui concerne de plus en plus de personnes. Que ça soit par passion, pour sa propre activité professionnelle ou celle de son entreprise, nous sommes beaucoup à rédiger des articles sur Internet. Dans ce flot continu de publication, nous voulons tous pouvoir nous démarquer des autres tout en répondant aux normes du web. Et pour cela, il faut suivre des règles précises.
Nous allons voir, à travers cet article, quelles sont ces règles à suivre afin de devenir un rédacteur web compétent !

1

Rédiger des phrases courtes et des paragraphes courts

Il faut donner envie aux lecteurs de lire, et pour cela, rien de mieux que des phrases courtes et des paragraphes courts ! L’objectif est de rendre la lecture plus facile pour le visiteur afin de ne pas le décourager. Visuellement, il sera plus agréable pour lui de voir une page qui respire et qui est lisible (comme je le disais déjà dans l’article Mes 7 astuces pour avoir un site internet au graphique réussi). A quoi bon faire de longues phrases si c’est pour qu’elles ne soient pas lues ?

Mon conseil :
– L’idéal est de proposer une idée par phrase, pour que chaque élément que vous écriviez soit pertinent.
– Utilisez les listes à puces, cela permet de faire des phrases courtes qui facilite la lecture, surtout sur mobile.
– De plus, limitez vos phrases à la structure sujet + verbe + complément, cela vous aidera à constituer des phrases courtes.

Ce qu’il ne faut pas faire :
– Utiliser des adjectifs et les adverbes inutiles qui rallongent les phrases. Le but n’est pas d’avoir le nombre de mots nécessaires pour avoir un bon référencement au détriment de la qualité et de la lisibilité de votre rédaction.

2

Écrire pour le grand public

Quand on écrit un article pour le web, il faut en permanence se rappeler qu’on s’adresse au grand public. En effet, tout le monde (ou presque) a accès à Internet de nos jours et peut donc être intéressé par vos articles. L’objectif est de pouvoir faire comprendre le message ou l’information que l’on souhaite diffuser au plus grand nombre, même sur des éléments assez spécifiques. Il faut privilégier la simplicité à la technicité.

Mon conseil :
– Dans la lignée du point précédent, il faut toujours faire le maximum pour utiliser un vocabulaire simple qui serait compréhensible. Il faut donc traduire le jargon technique ou les mots étrangers, et ne pas utiliser les temps complexes (subjonctif, passé simple, etc.).
– Il faut toujours préciser les 5W de l’information que vous véhiculez dans votre article. Cela correspond à What (quoi) ; Who (qui) ; When (quand) ; Where (où) et Why (pourquoi). Ces 5 éléments doivent toujours être présents pour que le lecteur ait tout le contexte en tête, lui facilitant sa compréhension.

Ce qu’il ne faut pas faire :
– Prendre ses lecteurs pour des incultes. Il ne faut non plus expliquer en détail tout et n’importe quoi et comprendre qui sont ses lecteurs.
– Partir du principe que les lecteurs ont déjà vu un article antérieur. C’est pour cela qu’il faut préciser la signification des sigles, des acronymes et des abréviations à leur première apparition sur la page web (et non pas sur votre site internet en général).

3

Écrire pour le World Wide Web

Un contenu posté sur Internet a de grandes chances d’y rester pour longtemps, il faut donc y penser et prendre cela en compte. Le lecteur doit pouvoir se repérer temporellement avec exactitude pour que la compréhension de l’article perdure dans le temps. C’est dans ce but-ci qu’il faut utiliser les dates absolues (07 septembre 2021 par exemple et non pas “hier”) et le lieu de l’action si nécessaire.

Mon conseil :
Votre article pouvant aussi être repris autre part, sur un autre site par exemple, il faut dans cette mesure soigner son titre, qui doit être attractif, sans être racoleur. De plus, le chapeau et le premier paragraphe doivent être compréhensibles hors contexte.

Ce qu’il ne faut pas faire :
Oublier de renseigner l’année. Vous avez pensé à ne pas utiliser d’adverbe temporel, c’est bien. Mais pensez bien à renseigner également l’année, même si elle ne sera pas utile sur le moment, elle le deviendra après !

4

Écrire pour le SEO

Une des composantes qu’il faut prendre en compte quand on rédige quelque chose pour le web est bien évidemment le SEO. Pour rappel, le SEO est le référencement naturel, qui consiste en un ensemble de règles et de méthodes, définies par Google, qui vont analyser votre site et lui attribuer une position dans les résultats de recherche, en fonction de plusieurs paramètres. La rédaction de vos articles va donc influer sur le référencement à la fois de la page de l’article et de votre site.

Mon conseil :
– Pour un meilleur référencement, il est important d’éviter le plus possible les négations et la forme passive dans vos phrases.
– De plus, il faut inclure des mots-clés à vos articles. Les mots-clés étant un paramètre important pour Google, il faut donc utiliser ceux les plus (j’en parlais déjà dans Mes 12 astuces pour un bon référencement naturel sur Google). Mettez ces mots en gras pour qu’ils soient mis en avant et insérer le mot-clé principal dans le titre et dans le chapeau.

Ce qu’il ne faut pas faire :
Oublier de créer du maillage à l’intérieur même de vos articles. Pensez toujours à lier vos articles entre eux en insérant des redirections internes pour faciliter l’indexation et aider le visiteur à naviguer. Faites-le aussi avec des sites extérieurs en utilisant des backlinks (appelés aussi liens externes), notamment quand vous en citez dans votre article.

5

Avoir l’esprit critique

Toujours dans l’objectif d’avoir le meilleur référencement possible, il est fort probable que vous utilisez des logiciels ou extensions permettant de mesurer la qualité du référencement naturel de votre article Quand vous utilisez ces logiciels ou extensions, qui analysent notamment la lisibilité de votre article,, il faut savoir prendre du recul sur les résultats donnés et les comprendre. Parfois, laissez-vous guider par votre intuition et votre propre analyse. Je ne vous dis pas de rejeter systématiquement l’information qu’ils vous donnent, mais de ne pas la prendre pour argent comptant.

Mon conseil :
Analyser systématiquement la qualité et la pertinence des résultats que ces logiciels vous donnent afin de prendre les meilleures décisions. En effet, il y a une donnée qu’ils ne peuvent pas analyser, c’est le côté humain et seul vous est en mesure de réaliser cette analyse.

6

Structurer en pyramide inversée

Concernant la structure de vos articles, il est très intéressant d’utiliser le système de pyramide inversée. Cela consiste à commencer par donner les informations les plus intéressantes au début, d’aller droit à l’essentiel, avant de rentrer dans le détail par la suite. L’objectif est de placer en haut les éléments les plus intéressants qui inciteraient à défiler la page et lire tout l’article. C’est d’autant plus important que sur Internet, les visiteurs veulent avoir la bonne information immédiatement.

Mon conseil :
Mettez-vous à la place du lecteur : que voudrait-il lire en premier, qu’est-ce qui intéresserait le plus les lecteurs dans ce que contient mon article ?
Les informations importantes doivent apparaître dans la partie “Above the fold” (dont j’expliquais l’importance dans Mes 7 astuces pour optimiser la navigation de son site internet) afin d’inciter le scrolling vers le bas.

Ce qu’il ne faut pas faire :
Placer les 5W autre part que dans les premières lignes de l’article. Ce sont des informations importantes qui permettent la compréhension de l’article, il faut donc qu’elles apparaissent tôt.

7

Avoir une ligne éditoriale et s’y tenir

Comme évoqué dans l’introduction, l’objectif de chacun en tant que rédacteur web est de pouvoir se démarquer dans l’immensité de contenu que propose Internet afin de produire un contenu unique ! C’est le moment de faire preuve de créativité afin de convaincre le lecteur de la pertinence de vous lire. Et pensez toujours au but de ce que vous écrivez : faire découvrir, divertir le lecteur ou encore l’informer et ajustez légèrement votre style en fonction de cela.

Mon conseil :
Lorsque vous rédigez quelque chose, posez-vous toujours cette question : est-ce que cela apporte une valeur ajoutée au lecteur ? C’est très important que la réponse soit oui, sinon cela veut dire que les lecteurs n’auront que très peu d’intérêt à vous lire, et ça n’est pas l’objectif !

8

Ajoutez des illustrations à vos articles

Pour rendre vos articles moins monotones et plus vivants, il est très positif d’ajouter des images et illustrations. Tout d’abord, c’est visuellement plus captivant que du texte et cela rend la page plus agréable à regarder. De plus, lorsque le visiteur va scroller pour voir ce qui l’intéresse, des images peuvent immédiatement lui parler et lui évoquer quelque chose en un clin d’œil, au contraire du texte qui nécessite de s’y attarder plus longtemps.

Mon conseil :
Vous pouvez choisir une image par section d’idées afin d’illustrer chaque partie de votre article, cela permet également de structurer ce que vous avez rédigé.

Ce qu’il ne faut pas faire :
Prendre les premières photos qui nous passent sous la main. Il faut prendre du temps pour choisir les bonnes images qui illustrent au mieux le contenu de votre texte.

9

Toujours vérifier et citer ses courses

Il arrive très fréquemment d’utiliser des informations ne provenant pas de notre propre savoir. C’est pour cela qu’il faut impérativement vérifier les informations que l’on fournit avec des sources fiables, puis les citer. Il est important de ne pas faire de la désinformation et d’apporter une plus-value grâce à des exemples ainsi que de renvoyer une image de fiabilité aux lecteurs.

Mon conseil :
Vous pouvez utiliser vos sources comme liens externes afin de parfaire vos backlinks. C’est ce que l’on appelle faire d’une pierre deux coups !

Ce qu’il ne faut pas faire :
Se fier à une seule et même source. Il faut toujours faire une recherche approfondie et recouper les informations pour voir si elles sont exactes.

10

Se relire

Cela peut paraître évident, mais relire ce que l’on a rédigé est une étape qui est malheureusement parfois négligée. Pourtant, une faute d’orthographe peut renvoyer une mauvaise image, surtout en France, car cela peut être interprété comme un manque d’intelligence, de rigueur ou de crédibilité. Même si votre contenu est qualitatif, des fautes d’orthographe ou de conjugaisons pourraient être une ombre au tableau et le lecteur pourrait se focaliser dessus.

Mon conseil :
Se relire à voix haute est une bonne méthode permettant de détecter les coquilles, qui sont plus facilement identifiable à l’oreille
Pour les fautes, il existe des sites comme Scribens qui permettent notamment de repérer les fautes d’orthographe et de conjugaison.

En bref...

Quand vous rédigez un article pour le web, il faut avoir cette vision globale qui prend en compte le lecteur, le World Wide Web et le référencement. Cette vision est impérative pour fournir le meilleur travail possible et attirer des lecteurs sur votre site.
Vous devez traduire cela en méthode afin de ne rien oublier et d’écrire plus efficacement vos articles. Avec ces règles, l’objectif est que vous acquérez des habitudes d’écriture que vous appliqueriez systématiquement lors de la rédaction d’articles.
Vous avez normalement toutes les cartes en main afin d’être un rédacteur web au travail irréprochable, apportant une plus-value à la fois à votre entreprise et vos lecteurs !

Si vous voulez me confier votre projet, n’hésitez pas à découvrir mes prestations de création de site web pour en savoir plus !

Vous avez aimé cet article ? Et si vous le partagiez ? 😄
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire